Actualités

Soutien aux migrants des camps du Nord-Pas-de-Calais

29 avril 2016

Depuis 2015, devant l’urgence de la situation des migrants à Calais, la Fondation Sanofi Espoir soutient les actions de long terme mis en place par ses partenaires Médecins du Monde et Gynécologie sans Frontières, pour venir en aide à ces populations vulnérables et en grande précarité.

En raison de l’intensification des conflits et des violences au Moyen-Orient et dans certains Etats africains, le nombre de personnes exilées présentes dans les camps du Nord Pas de Calais est passé de 400 à 8 000 en 6 mois.

Pour prendre en charge ces milliers d’habitants, les pouvoirs publics français ont créé ont avril 2015 le centre Jules Ferry qui intègre un service d’accueil de jour, un centre médical et un service d’hébergement pour femmes et enfants vulnérables. Pour appuyer ce dispositif encore insuffisant, des ONG spécialistes de la réponse aux urgences s’engagent sur le terrain.

La « mission Migrants Littoral » déployée par Médecins du Monde

Médecins du Monde est présente depuis 2005 dans le Nord Pas de Calais. L’objectif de sa mission est d’améliorer l’accès à la santé des populations migrantes en les informant de leurs droits et en les orientant si besoin vers les structures de santé de droit commun.

L’ONG a notamment mis en place une clinique mobile pour compléter les actions du centre Jules Ferry, et propose des consultations médicales et psychosociales, des soins infirmiers, un accompagnement physique vers les PASS et les services d’urgence et la délivrance de médicaments de base. En 2015, 11 000 consultations ont été menées.

MDM contribue également à l’amélioration des conditions de vie des migrants, par la construction d’abris temporaires, de latrines et de douches, ou la distribution de matériel humanitaire (kits d’hygiène, sacs de couchage, tentes…).

L’aide aux femmes et aux enfants grâce à l’action de Gynéco sans frontières

Les femmes et les enfants représentent environ 1 000 personnes sur les camps et se trouvent en situation de grande vulnérabilité, avec des viols, de la prostitution des femmes, ou encore des accouchements ou avortement sans accompagnement médical et psychologique spécialisé.

Gynécologie sans frontières s’est donné comme mission d’aller à la rencontre de ces femmes migrantes, au travers de maraudes ou de présence à la PASS, ainsi que des permanences au centre d’hébergement des femmes et des enfants du centre Jules Ferry. Elle agit au travers de trois axes : soins obstétriques, victimes de violences, et soins gynécologiques en milieu précaire. Elle offre ainsi des soins primaires, ainsi qu’une prise en charge médico-psycho-sociale des femmes et des enfants, qui sont extrêmement vulnérables au sein de ces camps, et peuvent être victimes de violences, qui viennent s’ajouter aux traumatismes déjà présents. L’association a également mis en place des groupes de paroles sur la contraception, la sexualité. Depuis novembre 2015, 450 consultations ont été menées et 55 femmes enceintes suivies.