Actualités

Solidarité Japon

Solidarité Japon : le Groupe et ses collaborateurs se mobilisent pour venir en aide aux sinistrés

15 avril 2011




Dès le lendemain de la catastrophe du 11 mars, qui a touché le nord est du Japon, sanofi-aventis et ses collaborateurs se sont mobilisés, aux côtés de la filiale japonaise qui a mis en place les premières actions d'urgence.

Un appel à don a été lancé dans toutes les filiales de sanofi-aventis, sanofi pasteur et Merial à travers le monde.

 


Un total de 250 000 € a été collecté dans plus de 20 pays

Ce montant, auquel s’ajoute l’abondement de la Fondation de 200 000 €, vient compléter l’enveloppe exceptionnelle de 1 million d’euros déjà allouée à la Croix-Rouge japonaise.

Ce soutien financier conséquent, qui complète les dons médicaments apportés par la filiale japonaise, va permettre, au-delà des premières phases d’urgence, d’accompagner sur le plus long terme les communautés si terriblement touchées, en particulier sur le plan sanitaire.

Depuis le début de l’opération, notre partenaire, la Croix-Rouge japonaise s’est concentrée sur l’assistance médicale et psychologique. Ses 26 équipes sont toujours déployées dans les hôpitaux, les dispensaires des centres d’évacuation, ainsi que dans les cliniques mobiles qui visitent en alternance les centres de taille plus modestes ou ceux situés dans des zones plus éloignés. Les équipes mobiles assurent également des soins aux habitants de localités dont les établissements de santé ne sont plus opérationnels et aux personnes qui sont dans l’incapacité de se déplacer. Les personnes âgées isolées et à mobilité réduite bénéficient d’une attention particulière.

Depuis le début de la catastrophe, la Croix-Rouge japonaise a mobilisé 605 personnes au sein de son réseau national de 92 hôpitaux et 168 autres se préparent à entrer en action, ce qui portera à environ 3 000 le nombre de personnes engagés dans l’opération.

L’impact psychologique de la tragédie est très lourd et la Croix-Rouge continue d’étendre ses activités dans ce domaine. La Croix-Rouge japonaise compte 2 369 infirmiers formés au soutien psychosocial, dont 367 sont également instructeurs.
Un centre de soutien psychologique a été aménagé à l’hôpital d’Ishinomaki cinq jours après la catastrophe afin d’aider les familles traumatisées. Un second a ouvert ses portes le 4 avril à la section Croix-Rouge d’Iwate à Morioka. Les personnes âgées et les enfants sont une source de préoccupation particulière.

 

Un mois après, les autorités japonaises dressent un premier bilan :

Après le séisme qui a provoqué un violet Tsunami le 10 avril dernier, et les répliques qui ont suivi jusqu’au 7 avril, le bilan s’établit à près de 28 000 morts et disparus. Le décompte fourni par la police nationale japonaise est de 12 985 morts confirmées et 14 809 personnes portées manquantes.

Quelque 492 000 personnes au total ont été évacuées. La population des centres d’évacuation est difficile à chiffrer avec précision, les estimations variant entre 160 000 et 170 000.

On recense actuellement plus de 2 000 abris provisoires dans dix-sept préfectures, 174 nouveaux centres ayant été ouverts récemment à Aomori. Les personnes hébergées dans ces centres rentrent peu à peu dans leurs foyers à mesure que sont rétablies l’eau courante et l’électricité.

Le gouvernement va construire 70 000 maisons préfabriquées dotées de cuisine, salle de bain et toilettes dans les préfectures de Miyagi, Fukushima et Iwate.

Les dommages causés par la catastrophe sont estimés à quelque 309 milliards de US$.