Actualités

Solidarité Japon

Solidarité Japon : 7 mois d’action avec la Croix Rouge Japonaise

28 octobre 2011


Sept mois après le terrible séisme de magnitude 9 sur l’échelle de Richter suivi d’un tsunami dévastateur, la région de Tohoku, au nord-est du Japon, est en pleine phase de reconstruction. Une reconstruction dont les résultats sont visibles sur le plan matériel, mais qui sera beaucoup plus lente sur le plan psychologique. “Il faudra au moins cinq ans pour reconstruire, mais la guérison des séquelles psychologiques pourrait prendre beaucoup plus longtemps”, selon Tadateru Konoé, Président de la Croix-Rouge japonaise.

© Croix Rouge Japonaise


Dès les premiers jours après la catastrophe du 11 mars 2011, la Fondation Sanofi Espoir proposait aux collaborateurs de tous les sites Sanofi dans le monde de se mobiliser aux côtés de la filiale Japonaise pour témoigner de leur solidarité envers les populations sinistrées. Grâce au 1 Million € apporté par la Fondation, complété par les 250 000 € de dons des collaborateurs, tous ensemble nous avons contribué à la mise en place de programmes d’urgence et de post-urgence autour de 3 axes principaux :

 

Recréer du lien social

© Croix Rouge Japonaise
/ Masaki Kamei

Reloger les personnes sinistrées était la première des priorités. La Croix-Rouge japonaise a déjà permis à 82 000 familles d’être relogées dans des maisons temporaires. A terme, le programme concernera 110 000 familles.

Néanmoins, beaucoup se sont retrouvées dans des habitations au confort précaire, ne connaissant personne parmi leurs nouveaux voisins, ce qui a suscité un sentiment encore plus important d’isolement. C’est pourquoi la Croix-Rouge s’attache à recréer du lien social grâce à l’organisation d’activités qui facilitent l’intégration de ces personnes déracinées.

Par exemple, un système de bus gratuits a été mis en place pour faciliter l’accès aux commerces, aux écoles ou autres services indispensables au quotidien, et a fourni des ordinateurs aux enfants de Fukushima qui ne sont pas autorisés à jouer à l’extérieur pour des raisons de sécurité.

Rétablir l’accès aux soins

La Croix-Rouge japonaise a déployé 820 équipes médicales au cours des six derniers mois, pour un total de 83 816 patients traités. Les équipes ont à présent passé le relais aux dispensaires locaux, signe que les services de santé essentiels sont désormais opérationnels. En parallèle, la Croix-Rouge a procédé à la distribution de lits réglables pour les personnes âgées nécessitant des soins spécifiques (673 lits ont été fournis à 115 établissements de soins infirmiers), ainsi qu’à du matériel pour 62 cliniques.

Dans la zone sinistrée, la majorité des hôpitaux et cliniques ont été endommagés ou détruits. La Croix-Rouge japonaise projette la mise en place de plusieurs hôpitaux temporaires, pour suppléer des hôpitaux préfabriqués surpeuplés, en attendant la construction d’installations sanitaires permanentes par le gouvernement d’ici 5 ans.

Apporter un soutien psychologique essentiel

Avant la catastrophe, la région de Tohoku était habitée en majorité par des personnes âgées.

Le programme de soutien psychosocial est principalement mené auprès des enfants, des personnes âgées et des personnes vulnérables.

A ce jour, 586 intervenants ont fourni un soutien psychologique à près de 14 000 personnes dans les trois préfectures les plus affectées d’Iwate, de Miyagi et de Fukushima.

Quelques chiffres clés

  • Fin août, le bilan humain s’élevait à 15 741 victimes et 4 467 disparus, selon la police japonaise.
  • Près de 8 650 personnes sont toujours hébergées dans les centres d'évacuation (gymnases, écoles ou centres communautaires) tandis que plus de 40 355 personnes ont emménagé dans des maisons temporaires.
  • Fin août, plus de 48 600 maisons préfabriquées ont été achevées sur 52 348 prévues.
  • La Croix-Rouge japonaise a fourni des kits d’appareils ménagers (TV, réfrigérateurs, micro-ondes, bouilloires, machines à laver et autocuiseurs) à 82 000 familles relogées avec pour objectif d’atteindre environ 110 000 familles.
  • Fin août, la Croix-Rouge japonaise avait reçu plus de 2,5 milliards d'euros en dons nationaux.