Actualités

22 octobre 2012


Women for Education

La Fondation Sanofi Espoir partenaire de la table ronde et du Prix pour réduire les inégalités dans l’accès à l’éducation des femmes et à la santé en Afrique

Cette table ronde, animée par Isabelle Duriez, journaliste pour le magazine ELLE, a rassemblé des experts africains et internationaux :


 

Melanne Verveer, nommée en 2009 par le Président Obama comme ambassadrice itinérante des Etats-Unis sur les questions relatives aux femmes dans le monde, a ouvert les débats en disant que l’une des plus grande richesse de l’Afrique était son capital humain et que la croissance durable de ce continent passait par la participation active des femmes à la vie économique, sociale et politique. L’Ambassadrice s’est réjoui des progrès réalisés en matière d’éducation et d’accès la santé, mais en disant qu’ils étaient insuffisants et inégaux, en soulignant que la question de l’éducation des filles dans le monde et en Afrique restait un véritable challenge.

Mme Raymonde Goudou Coffie, Ministre de la Famille, de la Femme et de l’Enfant du gouvernement ivoirien, place la femme au centre des espoirs de son pays car comme elle l’a déclaré “Eduquer une femme c’est éduquer une Nation. J’ajoute que soigner et prendre en charge une femme c’est pérenniser une Nation”. Elle a aussi rappelé l’importance de l’implication des autorités de santé et des partenariats publics-privés qui permettent de mutualiser les ressources et les compétences pour améliorer l’accès à la santé de façon plus pérenne. La Ministre a également défendu l’accès au planning familial dans un pays où l’IVG, interdite quelle que soit sa cause y compris en cas de viol, se pratique dans des conditions terribles.

Nathalie Delapalme, ancienne conseillère Afrique de plusieurs Ministres français des Affaires Etrangères, Directrice de la recherche et des politiques à la Fondation Mo Ibrahim dont la mission est de développer la bonne gouvernance et le leadership en Afrique, a confirmé que des progrès considérables avaient été réalisés. Elle a salué le rôle des bailleurs de fonds, tout en appelant à davantage d’implication des gouvernements.

Le Dr Amy Fall-Ndao, Directeur du Business Development de la zone Afrique de l’ouest chez Sanofi, a insisté sur le rôle de Sanofi en tant qu’acteur majeur de santé en Afrique et a témoigné, au travers d’exemples de lutte contre la mortalité materno-infantile dans différents pays, du rôle de la Fondation Sanofi Espoir dans l’amélioration de l’accès aux soins en Afrique, par le développement d’actions d’éducation communautaire et de renforcement de la formation des acteurs de santé locaux, notamment par l’utilisation des nouvelles technologies, comme la téléphonie mobile, le E-learning et la télémédecine. Le Dr Amy Fall-Ndao a aussi rappelé l’apport des technologies en santé pour lutter contre la contrefaçon en citant “1 médicament sur 4 en Afrique est contrefait ou défectueux”. En tant que Présidente de l’association des femmes médecins au Sénégal, elle a aussi témoigné des actions de terrain mises en place pour améliorer l’accès aux soins le plus tôt possible.

M. Brelotte Ba, Directeur d’Orange Niger confirme l’utilité du téléphone mobile en Afrique : “un Africain sur deux a accès au mobile, c’est plus que pour l’eau !”. La téléphonie mobile représente ainsi une opportunité extraordinaire de toucher les hommes et les femmes pour les sensibiliser aux problèmes de santé et d’éducation. Il donne trois exemples qui rejoignent les actions de la Fondation Sanofi Espoir.

 

3 Fondations s’ associent pour décerner le prix “Women for Education 2012


Prix décerné à l’ONG EAST pour son programme de santé à Madagascar, en présence de Véronique Morali, Présidente du Women’s Forum for the Economy and Society, Christine Albanel, Directrice Exécutive pour les Événements, les Partenariats et la Solidarité du Groupe Orange, Karine Guldemann, Déléguée Générale de la Fondation ELLE et Caty Forget, Déléguée Générale de la Fondation Sanofi Espoir

 

En amont du Women’s Forum, la Fondation ELLE et la Fondation Sanofi Espoir, rejointes cette année par la Fondation Orange, se sont associées pour lancer un appel à projets sur le thème : “Comment les nouvelles technologies peuvent-elle contribuer à l’éducation des femmes et à l’amélioration de l’accès aux soins en Afrique”.

Pour la 6ème édition, le prix “Women for Education 2012” a été décerné le 12 octobre à l’association EAST (Eau Agriculture et Santé en Milieu Tropical) pour son projet à Madagascar. C’est le Dr Monjour, Président de l’association EAST, qui est venu au nom des équipes malgaches, recevoir ce prix de 30 000 €, complété par un ordinateur portable et la possibilité d’impliquer des bénévoles des Groupes Sanofi, Orange et Lagardère Active et du réseau Women’s Forum pour mener à bien le projet.

Dans son discours, il témoigne du rôle clé des femmes regroupées en Associations Féminines de Promotion de l’Hygiène et de la Santé (AFhys) en matière d’hygiène, d’éducation et de santé publique et voit les nouvelles technologies comme un élément incontournable pour renforcer l’accès à l’information et assurer une interaction plus rapide et plus efficace avec les populations locales.

Le projet primé a pour objectif de compléter les méthodes classiques d’éducation et de prévention sanitaire auprès des communautés. Il vise à renforcer l’alphabétisation de ces femmes “messagers sanitaires” et à les former aux nouvelles technologies d’information pour faire évoluer plus rapidement les comportements de la population locale en matière d’hygiène, d’assainissement et de santé communautaire.