Get Adobe Flash player

MY CHILD MATTERS 10 ANS D’ENGAGEMENT ET DES PROGRÈS DURABLES

Depuis 2006, la Fondation Sanofi Espoir s'est donné pour mission d'améliorer l’accès au diagnostic et aux traitements des enfants atteints de cancer dans les pays les plus pauvres.

 Aux côtés de ses partenaires experts internationaux, la Fondation Sanofi Espoir a accompagné 45 projets dans 33 pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. En améliorant la prise en charge de 50 000 enfants atteints de cancer, My Child Matters a contribué à réduire le fossé entre les taux de survie des pays développés et ceux des pays à bas revenus. Un nouveau plan d’actions à 3 ans a été décidé, articulé autour de trois grandes priorités : l’accompagnement renforcé et l’évaluation des projets en cours, l’appui aux réseaux inter-régionaux et le déploiement d’actions de plaidoyer pour que les cancers de l’enfant deviennent une priorité de santé publique dans chaque pays concerné.

  • 45 projets soutenus dans 33 pays
  • 50 000 enfants pris en charge
  • 16 000 professionnels formés à l’onco-pédiatrie
  • INFORMER ET SENSIBILISER

     Plus tôt le diagnostic est posé, plus élevées seront les chances de guérir du cancer. Il est donc essentiel de sensibiliser les familles et les professionnels de santé à l’importance du diagnostic précoce, et aux symptômes qui doivent alerter. C’est par exemple le cas du rétinoblastome, une tumeur de la rétine qui peut se manifester d’abord par une tâche blanche dans l’œil ou un strabisme, et qui touche les nourrissons et les jeunes enfants avant l’âge de 5 ans. S’il n’est pas diagnostiqué assez tôt et traité, ce cancer peut conduire à la cécité et à la mort. La Fondation soutient donc le programme complet de lutte contre le rétinoblastome mené dans les pays francophones d’Afrique subsaharienne par l’Alliance Mondiale Contre le Cancer et le Groupe Franco-Africain d’Oncologie Pédiatrique. Pour améliorer le diagnostic précoce de ce cancer curable à condition d’être traité à temps, et qui affecte un enfant sur 16 000, d’importantes campagnes de sensibilisation grand public et de formation destinées aux médecins et paramédicaux ont été menées.

    RENFORCER LES COMPÉTENCES LOCALES

     En Afrique, où les pathologies infectieuses et nutritionnelles demeurent la première cause de mortalité chez l’enfant, la lutte contre les cancers pédiatriques est particulièrement négligée et se heurte à un cruel manque de moyens et de compétences médicales. Pour augmenter les chances de survie des enfants atteints de cancer, jusqu’alors pris en charge dans des structures non spécialisées, dépourvues de soins adaptés, la nécessité s’est imposée de former des professionnels de santé à l’onco-pédiatrie et à ses spécificités africaines.

    Au Maroc, My Child Matters soutient depuis 2014 le tout premier diplôme inter-universitaire de cancérologie pédiatrique africain créé par le Groupe Franco-Africain d’Oncologie Pédiatrique (GFAOP) en partenariat avec la faculté de médecine de Rabat (Maroc) et la faculté de médecine de l’Université Paris-Sud (France).

     “Formons des gens compétents qui restent dans leur pays, c’est ainsi que le système de soins peut démarrer, c’est pourquoi le diplôme est indispensable”.

    Pr Mhamed Harif, Président du Groupe GFAOP

     70 onco-pédiatres devraient être formés d’ici à 3 ans. Grâce à cette initiative, qui comprend également la formation continue des autres acteurs de la chaîne de soins et la mise en place d’unités pilotes pour assurer la prise en charge des enfants au Maghreb et en Afrique sub-saharienne, l’Afrique francophone sera enfin dotée d’un véritable réseau de compétences en oncologie pédiatrique.