Get Adobe Flash player

MIDWIVES FOR LIFE LA FONDATION S’ENGAGE AUX CÔTÉS DES SAGES-FEMMES

Pour lutter plus efficacement contre la mortalité maternelle et néonatale, la Fondation Sanofi Espoir a choisi de soutenir 16 programmes visant à garantir un meilleur accès aux soins à chaque mère et à chaque nouveau-né.

  • 16 projets soutenus depuis 2010
  • 530 000 femmes enceintes prises en charge
  • 2 100 sages-femmes formées
  •  Ces programmes visent notamment à accroître le nombre et les compétences des sages-femmes, en améliorant leur formation, en valorisant le rôle essentiel qu’elles tiennent au quotidien, et en contribuant à leur déploiement dans les zones où les besoins sont les plus importants, notamment en zones rurales. Ils permettront de renforcer le maillage entre les sages-femmes, les autres professionnels de santé et les agents communautaires, à l’échelle du village ou de la région, et à allier tous les partenaires nécessaires pour que le partage des ressources et des expertises bénéficient pleinement aux mères et à leurs bébés. Chaque programme repose sur une forte mobilisation communautaire pour renforcer l’éducation et la prévention auprès des familles.

    Impacts du projet en Mauritanie

    -25% de mortalité néonatale

    -13% de mortalité maternelle

    COORDONNER LES SOINS

     En Afrique et en Asie, la majorité des femmes et leurs bébés ne bénéficie pas de soins qualifiés lors de l’accouchement et un nombre moindre encore reçoit des soins pré ou postnataux efficaces. Les familles pauvres les plus exposées au risque sont celles qui ont le moins accès aux soins, surtout les soins hospitaliers plus complexes en cas d’urgence, par exemple pour une césarienne.

    En Mauritanie, en Algérie et en Mongolie, l’ONG Santé Sud développe avec le soutien de la Fondation Sanofi Espoir des programmes de sensibilisation et de formation des professionnels de santé. L’objectif est de mettre en place une gestion pluridisciplinaire des grossesses et des accouchements, afin de mieux prendre en charge les grossesses à risques, les accouchements présentant des complications et les nouveau-nés porteurs de pathologies invalidantes pouvant déboucher sur un handicap.

     “J’ai 27 ans et je suis venue faire mon suivi postnatal pour mon cinquième enfant. L’accouchement s’est bien passé, par voie naturelle. Grâce au forfait obstétrical, j’ai fait mes quatre consultations prénatales, les examens de grossesse, une échographie et les gens de la maternité m’ont fourni gratuitement les médicaments”.

    Meriam, patiente à la maternité de Sebkha (Mauritanie)

     Près de 1 000 professionnels (sages-femmes, puéricultrices, gynécologues obstétriciens, spécialistes en néonatalogie, pédiatres, psychologues) ont bénéficié de ces enseignements, et de nouvelles pratiques d’interdisciplinarité dans la périnatalité se sont peu à peu développées dans les services bénéficiaires, avec des résultats significatifs.

    RENFORCER LES COMPÉTENCES LOCALES

     Dans les zones, notamment rurales, où les infrastructures de santé sont pratiquement inexistantes et les taux de mortalité maternelle et infantile très élevés, la présence de sages-femmes est primordiale. Mais elles sont encore bien trop rares et insuffisamment formées.

    Avec CASA au Mexique, l’AMREF au Sénégal et en Côte d’Ivoire, la Fondation Sanofi

    Espoir participe à la création de centres régionaux de formation avec la mise en œuvre de programmes e-learning de qualité. L’objectif est de réduire l’isolement des sages-femmes exerçant dans des régions reculées tout en augmentant leurs compétences, et de les relier entre elles pour mieux valoriser leur métier. Grâce à la formation numérique, les professeurs peuvent donner des cours à la fois en présentiel et à distance.