Get Adobe Flash player

MOBILISER LES COMMUNAUTÉS

 Pour pallier l’isolement des sages-femmes dans les zones reculées et accompagner les pays dans une approche intégrée de la réduction de la mortalité maternelle et infantile, la Fondation Sanofi Espoir soutient trois programmes misant sur l’innovation technologique.

CARE au Bénin, PUI en Birmanie et WAHA en Ethiopie, développent des projets s’appuyant sur quatre axes principaux : l’éducation préventive, l’amélioration de la couverture et de la qualité des soins, une meilleure gestion des urgences avec la mise en place de fonds communautaires et le maillage entre les acteurs et les structures de santé. Les femmes en âge de procréer sont sensibilisées aux bonnes pratiques et aux signes de danger liés à la grossesse.

 “Je suis actuellement enceinte d’environ 6 mois. Grâce aux conseils du relais communautaire, je connais mieux mon corps. Je ne ressens pas les mêmes souffrances que lors des précédentes grossesses”.

Elisabeth, bénéficiaire du projet au Bénin

 Des auxiliaires sages-femmes ou des volontaires désignés par la communauté sont formés aux soins obstétricaux et néonataux d’urgence et équipés d’un téléphone portable. Ces précieux relais ont ainsi accès à des outils de suivi des grossesses, d’aide au diagnostic et à des consultations à distance auprès de sages-femmes expérimentées.

Impacts du projet au Bénin

98% des accouchements réalisés au centre de santé

6 500 femmes prises en charge

25 000 femmes et jeunes filles sensibilisées

ENCOURAGER LES ÉCHANGES NORD-SUD

 Le partage d’expériences n’aide pas seulement à améliorer les compétences des sages-femmes dans les pays à ressources limitées. Il représente aussi un puissant levier pour renforcer et valoriser la profession toute entière.

Avec CAM et TAMA en Tanzanie, le programme repose sur un jumelage entre l’association des sages-femmes tanzaniennes (TAMA) et l’association des sages-femmes canadiennes (CAM). L’objectif est de renforcer les capacités de 320 sages-femmes tanzaniennes exerçant en milieu rural et d’identifier les accoucheuses traditionnelles dans le but de les associer à des sages-femmes retraitées chargées de les encadrer et de leur apporter un soutien technique.

 Vingt-cinq tandems de sages-femmes canadiennes et tanzaniennes travaillent à distance pour partager de l’information et des ressources, et pour se soutenir afin d’assumer un rôle qui peut parfois être très difficile. Ce jumelage a donné naissance à des possibilités de recherche coopérative et de perfectionnement professionnel, de défense des intérêts de la profession, et de promotion des meilleures pratiques. En conséquence, la qualité des services de santé maternelle et néonatale s’est améliorée tant au Canada qu’en Tanzanie. En dépassant les frontières, ce lien met en lumière le rôle que toutes les sages-femmes peuvent jouer dans l’amélioration de la santé des mères et des nouveau-nés à l’échelle mondiale.