Amélioration de l’accès aux soins des populations les plus précaires

Accès aux soins des personnes migrantes en situation précaire, au Centre de santé du Comede

La prévalence des cancers augmente régulièrement parmi les exilés ayant effectué un bilan de santé au Comede. Surtout, ils représentent depuis plusieurs années le premier motif médical d’appel des permanences téléphoniques du Comede, pour une demande croissante de soutien en matière d’accès aux soins et aux droits de la part des personnes concernées, de leurs proches ou des professionnels et associations qui leur viennent en aide… Chez les migrants en situation précaire, le déficit en matière de prévention, de stabilité sociale, de dépistage et d’accès aux soins favorise la gravité de la maladie, l’entrée dans les soins survenant souvent à un stade avancé

Arnaud Veïsse, Directeur général du Comede

Localisation du projet Hôpital de Bicêtre –Le Kremlin Bicêtre – Ile de France
Nom de l’association LE COMEDE – Comité pour la santé des exilés
Partenaires du projet
(financier et institutionnel)

Partenaires institutionnels / financiers

  • DASES (Département et Ville de Paris)
  • CRAMIF (Caisse régionale d’assurance maladie Ile de France)
  • Agence Régionale de Santé Ile de France
  • Fonds européens (FAMI Asile)

Partenaires opérationnels:

  • ISM Interprétariat, Réseau Humapharma (pharmacie)
  • organismes d’accueil des exilés et de défense des droits humains à l’échelon national et international,
  • organismes de lutte contre les discriminations (Médecins du Monde, ACAT, la Ligue des Droits de l’Homme, le Secours Catholique, la Fondation Abbé Pierre, le Samu Social, la Cimade, le réseau SOLIPAM)

Description du programme

Enjeux/contexte local

Dans de nombreux cas, les réfugiés, demandeurs d’asile et migrants précaires ne jouissent pas de droits garantis par les conventions internationales (dont la Convention de Genève), par exemple celui d’avoir accès à la demande d’asile, aux soins médicaux, au droit commun, et à des prestations sociales. Cette précarité les rend encore plus vulnérables, après un douloureux parcours d’exil.

Dans la course d’obstacles que constitue pour de nombreux exilés le « parcours d’intégration », la découverte tardive de la maladie peut constituer un handicap fatal. La maladie chronique représente un nouveau traumatisme, surtout lorsqu’il s’agit d’une conséquence des violences subies au pays. Les psycho-traumatismes représentent en effet au Comede la principale pathologie dépistée. Ces multiples facteurs de vulnérabilité des exilés, associés à une grande diversité d’origine et de langue, vont déterminer les actions de prévention, de dépistage et bilans de santé, de soins médicaux et psychothérapeutiques, ainsi que de soutien social et juridique à proposer.

On observe au Comede une précarisation croissante des publics accueillis, avec de grandes difficultés d’accès à la procédure de demande d’asile. Les publics les plus vulnérables en sont considérablement affectés, notamment les mineurs étrangers isolés, et les femmes exilées particulièrement exposées aux pathologies graves.

Objectifs du projet

Le projet soutenu par la Fondation a pour but de réduire les inégalités en santé auprès des communautés et des patients qui en ont le plus besoin, de renforcer les capacités locales et améliorer la santé publique dans les domaines suivants : éducation et prévention, amélioration de l’accès aux soins, formation / information des professionnels de santé.

L’action du Comede, à travers les activités d’accueil-soins-soutien et à travers les actions du centre ressource, vise à la protection et à la promotion des droits de l’homme, à la réduction des inégalités de santé :

  • prise en charge prioritaire des publics les plus vulnérables, en grande détresse sociale : femmes et mineurs étrangers isolés, demandeurs d’asile, migrants précaires et/ou malades, publics allophones, sans hébergement, sans protection maladie, sans accès au droit commun, isolés, sans ressources, …
  • prise en charge globale et pluridisciplinaire: accueil et orientation interne / externe vers les réseaux de soutien, consultation infirmière : éducation pour la santé, accès aux soins et vaccination, consultations médicales, consultations de psychothérapie, éducation thérapeutique, ostéopathie, ateliers d’expression corporelle, consultations avec interprètes professionnels…
  • dépistage des principales pathologies: bilan de santé global, accès aux soins gratuits, vaccination et pharmacie, consultations de gynécologie et santé sexuelle, suivi médical

D’autre part, le Comede informe et forme les professionnels du secteur médico-psycho-social pour améliorer l’accès aux soins des migrants précaires (orientation des patients vers la PASS de l’hôpital public, vers les services spécialisés, suivi médical par les médecins du Comede).

En 2016, 10 915 consultations ont été effectuées:

  • 3 726 consultations médicales,
  • 2 054 consultations d’accueil,
  • 2 010 consultations infirmières,
  • 1 445 consultations socio-juridiques,
  • 945 entretiens psychothérapeutiques,
  • 538 consultations d’éducation thérapeutique et
  • 156 consultations d’ostéopathie.