Lutter contre la mortalité maternelle et néonatale

Les compétences numériques au service de l’amélioration de la formation des sages-femmes pour les populations indigènes du Mexique et d’Amérique latine

amélioration de la formation des sages-femmes pour les populations indigènes du Mexique et d’Amérique latine
Localisation du projet Mexique
Nom de l’association CASA École de sages-femmes, (CASA, A.C.)
Partenaires du projet
(financier et opérationnel)
Gouvernement de l’État de Guerrero, gouvernement de l’État de San Luis Potosi, ministères de la Santé et de l’Éducation du Mexique, John D. et Catherine T. MacArthur Foundation, Kellogg Foundation, Azteca Foundation, Good Will Foundation

Description du programme

Au Chiapas (Mexique), par exemple, le taux de mortalité maternelle fluctue entre 80 et 90 pour 100 000 et dans certains États, comme celui de Guerrero, il est supérieur à 200 et l’on dénombre un gynécologue seulement pour 17 654 femmes dans les régions montagneuses.

Les femmes indigènes peu instruites de toutes les régions d’Amérique latine ont trois fois plus de risques de mourir pendant leur grossesse et leur accouchement que les femmes non autochtones.

Au Panama, le taux de mortalité maternelle des femmes indigènes est de 300 pour 100 000 naissances vivantes, et ces taux sont identiques chez les autochtones du Guatemala et d’Équateur.

Un très faible pourcentage de femmes indigènes du Guatemala et d’Équateur (17 à 20 %) bénéficie de soins prodigués par des agents de santé qualifiés pendant leur grossesse et leur accouchement.

Selon le Centre national d’égalité entre les sexes et de médecine de la procréation du Mexique, 30 000 femmes par an de tous horizons présentent des lésions souvent permanentes résultant d’une mauvaise prise en charge de leur grossesse ou de leur accouchement.

Chaque année au Mexique, près de 30 000 enfants meurent avant d’atteindre leur premier anniversaire.

L’ONG à but non lucratif CASA a ouvert la première école privée de sages-femmes approuvée par le gouvernement mexicain en 1994 et a aidé le gouvernement de l’État de Guerrero à ouvrir la deuxième école publique de sages-femmes du Mexique en 2012.

Le partenariat avec la Fondation Sanofi Espoir permettra de former plus de sages-femmes indigènes. Il contribuera également à améliorer la qualité des programmes de ces deux écoles de sages-femmes en intégrant des formations numériques afin d’augmenter le nombre de sages-femmes indigènes dotées de compétences cliniques et numériques de qualité, diplômées des écoles de sages-femmes agréées par le gouvernement du Mexique.

Une équipe d’élite de 12 sages-femmes sera également formée pour devenir des mentors. D’ici à la fin du projet, 225 étudiantes du Mexique, du Panama, d’Équateur et du Guatemala seront inscrites et 139 d’entre elles obtiendront leur diplôme. Ces 139 sages-femmes pourront offrir leurs services à 69 500 femmes par année.

CASA continuera également à travailler en étroite collaboration avec les autorités de santé pour s’assurer que ces sages-femmes autochtones soient recrutées, en particulier dans les maternités et hôpitaux des régions rurales.

CASA interviendra également auprès des autorités de santé et les aidera à ouvrir une troisième école publique d’ici à la fin de 2014.