Réduction de la mortalité maternelle et néonatale

Renforcer la formation des sages-femmes dans des pays d’Afrique francophone

Améliorer l’accès et le maintien des soins de proximité en Ile de France pour les femmes enceintes et leurs nouveau-nés en situation de précarité

ICM team with Ivory Coast Midwives Association members and UN Women staff

Localisation du projet 3 pays pilotes : Comores, Madagascar et Côte d’Ivoire - sur le long-terme, dans 22 pays d’Afrique francophone
Nom de l’association
ICM
Confédération internationale des sages-femmes

Partenaires du projet AMREF, Banque Mondiale, CAMES, CINOP, JHPIEGO, OMS, OOAS, UNFPA, WAHA

Enjeu/contexte local

Le Rapport sur l’Etat de la pratique de sage-femme dans le monde 2014 : sur la voie de l’universalité (ICM, UNFPA, WHO), révèle un nombre extrêmement insuffisant de sages-femmes dans 73 pays où ses services sont les plus nécessaires. Le rapport exhorte ces pays à investir dans l’éducation et la formation des sages-femmes pour combler les lacunes criantes existantes dans ce domaine, et réduire la mortalité maternelle et néonatale.

Dans certains pays, les services obstétriques sont inadéquats, inaccessibles pour les populations, ou d’un niveau d’une qualité inacceptable ; ils dépendent de la performance du système de santé, des connaissances, des compétences, de la motivation et de la quantité des effectifs pouvant dispenser des soins aux femmes et à leurs enfants, avec un continuum dans les soins.

L’accès des femmes à ces services est l’un des indicateurs des Objectifs du Développement Durable (ODD) et du programme de santé mondiale post-2015.

Chiffres-clés

  • 50% des femmes enceintes dans le monde ont accès à un personnel médical qualifié pour leur accouchement
  • 87% des soins essentiels aux mères et à leurs nouveau-nés peuvent être dispensés par des sages-femmes
  • 2/3 des décès maternels et néonatals peuvent être réduits (UNFPA, WHO, 2014)
  • Investir dans la formation des sages-femmes pourrait multiplier par 16 le retour sur investissement en termes de vies sauvées et de frais de césarienne évités (L’état de la pratique dans le monde 2014)

Description du programme

Le projet soutenu par la Fondation Sanofi Espoir porte sur le renforcement et la formation des sages-femmes.

Les programmes de formation sont particulièrement seront redimensionnés, avec un perfectionnement du corps enseignant, la préparation des formateurs aux méthodologies de formation axées sur les compétences, l’examen du programme d’étude, la préparation des précepteurs pour les domaines de la pratique clinique.

L’objectif à plus long-terme serait de créer des centres de formation de formateurs de sages-femmes pour répondre aux besoins des pays de promotion de la recherche sur le métier de sage-femme et pour former des étudiants d’un niveau supérieur pouvant aller jusqu’au PHD.

Objectifs du projet

  1. Renforcer les programmes de formation des sages-femmes dans trois pays d’Afrique francophone
  2. Entreprendre l’élaboration d’un système d’accréditation et d’approbation pour les programmes de formations (objectif co-financé par la Fondation Bill Gates)
  3. Améliorer et harmoniser la formation des sages-femmes dans la région en s’appuyant sur les normes globales, compétences et outils de l’ICM.
  4. Constituer un référentiel de connaissances au sein de l’ICM, accessible aux décideurs des pays, qu’ils en soient membres ou non
  5. Suivi et évaluation : élaboration des outils, visites de contrôles, réunions de bilans annuelles

En savoir plus