Amélioration de l’accès aux soins des populations les plus précaires

Accompagnement vers la prise en charge de la santé des jeunes femmes et de leurs enfants

Quand je suis malade, je viens toujours à la Croix Rouge car les docteurs de l'hôpital m'envoient des factures que je ne peux pas payer

J’étais découragée à cette époque, je n’avais pas envie de me soigner

Paroles de bénéficiaires d’un Accueil Santé Social

Localisation du projet France métropolitaine
Nom de l’association
Croix-Rouge française
  www.croix-rouge.fr
Partenaires du projet
(financier et opérationnel)
  • Les collectivités locales et les Centres Communaux d’Action Sociale
  • Les conseils départementaux
  • Les Agences régionales de santé
  • Les Caisses Primaires d’Assurance Maladie
  • Les établissements hospitaliers, et en particulier, les Permanences d’Accès aux Soins de Santé (PASS)
  • Les autres associations œuvrant auprès des populations les plus démunies
  • Les conseils départementaux
  • Les Directions Départementales de la Cohésion Sociale
  • La Fondation Sanofi Espoir

Enjeux/contexte local

Les conditions et les événements de vie jouent un rôle essentiel dans l’accès aux soins. La santé n’est pas une priorité et passe souvent au second plan des préoccupations lorsque les besoins vitaux essentiels ne sont pas satisfaits.

La situation de pauvreté et de précarité peut provoquer un sentiment de dévalorisation, de mauvaise image de soi, de honte, de mal-être, source de démotivation à s’occuper de sa santé, qu’il s’agisse d’entreprendre des démarches administratives, d’effectuer des soins nécessaires ou de s’inscrire dans une démarche de prévention.

Les conditions de vie liées à la précarité telles que l’instabilité sur le plan de l’activité ou du logement, la qualité du logement, les problèmes de mobilité ou de transport, la nécessité de trouver des solutions de garde des enfants…ont également un impact important sur les possibilités d’accéder aux soins, ou pour l’accès aux droits avec, par exemple, des problèmes liés à la réception et à la conservation des papiers justificatifs exigés pour l’ouverture des droits.

En milieu rural, les difficultés sont majorées par les problèmes d’éloignement et d’isolement géographique.

Des problèmes de compréhension, des expériences passées mal vécues ou incomprises, l’illisibilité des dispositifs de prévention et de soins peuvent favoriser le développement d’une appréhension vis-à-vis du monde médical et administratif.

En raison du cumul de difficultés rencontrées, des situations de détresse vécues et de l’incapacité ressentie d’y faire face, des personnes vont s’installer dans une situation de déni ou de minimisation des problèmes de santé ou alors d’abandon et de rejet de toute démarche de soins et d’accès aux droits.

Description du programme

Objectifs du projet

Les objectifs poursuivis sont

  • Proposer une offre de soins à bas seuil et une orientation sociale pour les publics vulnérables particulièrement dans les territoires désertifiés
  • Aider les femmes en situation de précarité à prendre ou reprendre en main leur santé
  • Restaurer l’estime de soi et la dignité
  • Reprendre confiance en soi et apprendre à se respecter avant d’entreprendre quoi que ce soit au niveau de leur santé
  • Développer des actions de prévention (contraception, addiction, nutrition...)

Le programme, qui va de l’accès aux soins à l’accès à la santé, se compose de deux volets complémentaires

  • Volet 1
    Proposer une offre de soins pour les publics vulnérables sur les territoires où elle fait défaut
  • Il concerne la poursuite de nos actions d’accès aux soins via les Accueil Santé Social(1) avec pour ambition de renforcer l’existant et de développer de nouveaux dispositifs sur les territoires fragilisés par le recul des services publics de proximité. De 2012 à 2015, grâce au soutien de la Fondation Sanofi, nous sommes passés de 9 à 14 structures. On estime que le nombre de consultations a doublé sur la période : passant d’environ 4.500 à 9.000. Emerge du terrain, et des zones sous-médicalisées en particulier, la nécessité de trouver des solutions pour aller vers les bénéficiaires potentiels, via des aides à la mobilité. L’expérience acquise sur le dispositif mobile développé à l’échelle du département de l’Ain nous semble devoir être capitalisée dans la perspective de notre objectif stratégique « d’accompagner les parcours de vie sur les territoires ». Etre présents sur les territoires désertés par les services publics est l’un de nos objectifs. Cet axe concerne les milieux ruraux mais également certains territoires péri-urbains. La modélisation de dispositifs adaptés aux déserts médicaux constituera l’un de nos axes de travail majeur dans les années à venir.

  • Volet 2
    Agir sur les déterminants sociaux de la santé pour améliorer le recours aux soins.
  • Il vise à l’accompagnement vers la santé des jeunes mères en situation de précarité sociale, par le biais d’ateliers bien-être santé animés par une sage-femme et une socio-esthéticienne. Lors des ateliers collectifs, nous proposons d’y aborder les préoccupations de femmes et de mères (la préparation de l’accouchement, le temps passé à la maternité, l’allaitement, la sexualité). Nous disposons de l’infrastructure pour ces groupes. Les femmes enceintes qui doivent limiter leurs déplacements pourront participer à ces actions. Ces actions seront développées dans trois types de structures CRf qui accompagnent un public féminin, répartis sur l’ensemble du territoire :

    • 5 centres maternels (337 places) où sont accueillies de jeunes mères et futures mères (le plus souvent entre 14 et 25 ans) jusqu’aux 3 ans de l’enfant. Ils proposent un hébergement et un accompagnement médico-social pour la mère et l’enfant. Les femmes accueillies présentent des parcours marqués par des expériences de vie antérieure négatives.
    • 3 centres d’hébergement et de réinsertion sociale (85 places, 200 femmes) qui accueillent des femmes, le plus souvent jeunes et parfois mineures, en rupture familiale ou conjugale, parfois victimes de violence et/ou de réseaux de prostitution.
    • 13 espaces de soutien à la parentalité (1100 familles accompagnées) qui accueillent des familles à petit revenu (RSA), des étrangers demandeurs d’asile dont les dossiers sont en cours d’instruction, des personnes en situation de précarité en période de changement de situation familiale (divorce, déménagement), des familles monoparentales.

Ce sont plus de 11 000 personnes qui pourront bénéficier du projet global (les deux volets) dont 2000 femmes dans le cadre du volet accompagnement vers la santé.


1 Les Accueils santé social (anciennement APASM) sont des lieux tenus par des bénévoles qui offrent à la fois des prestations médicales, des actions de prévention et d’éducation pour la santé, ainsi qu’un accompagnement social des personnes accueillies.