Amélioration de l’accès aux soins des populations les plus précaires

Amélioration de l’accès aux soins des mineurs en situation de précarité en France

Je ne peux toujours pas aller à l’école

Doroftei, 10 ans, n’est pas vacciné Saint-Denis - France

Localisation du projet Mayotte, La Réunion, Guyane, Paris, Seine-Saint-Denis, Val d’Oise, Nord-Pad-de-Calais
Nom de l’association www.medecinsdumonde.org
Médecins du Monde
  www.medecinsdumonde.org

  Voir la vidéo sur le partenariat entre Médecins du Monde et la Fondation
Partenaires du projet
(financier et opérationnel)
Partenaires associatifs
  • partenaires opérationnels associatifs (Cimade, Secours Catholique, Emmaüs…)
  • partenaires institutionnels (DGS, Ministère de la santé, CPAM, ARS, APHP, établissements hospitaliers…)
  • Fondation Sanofi Espoir

Description du programme

Depuis plusieurs années, les enfants constituent une part de plus en plus importante des patients rencontrés par Médecins du Monde en France. Leur nombre a été multiplié par 4 entre 2011 et 2014.

En 2014, Médecins du Monde a soigné plus de 5 000 patients mineurs en France. Ce sont des enfants migrants, victimes de conflits dans leur pays d’origine et d’exclusion aux soins quand ils arrivent en France, à l’issue de parcours migratoires particulièrement difficiles.

En 2014, Médecins du Monde a soigné plus de 5 000 patients mineurs en France. Ce sont des enfants migrants, victimes de conflits dans leur pays d’origine et d’exclusion aux soins quand ils arrivent en France, à l’issue de parcours migratoires particulièrement difficiles.

Ce sont aussi des mineurs isolés, livrés à eux-mêmes en l’absence de leurs parents, ou dont les familles ne peuvent subvenir à leurs besoins.

Ce sont des enfants exclus, victimes d’une précarité et d’une insécurité accrue qui conduit au renoncement aux soins, au mal logement et à l’insécurité alimentaire qui les exposent à des situations de violence ou d’exploitation.

Les institutions sanitaires et sociales françaises peinent à les reconnaître, malgré les besoins de prise en charge et le devoir de protection de leurs droits.

Dans son rapport du 8 juin 2015 le Défenseur des droits mettait en évidence des « difficultés récurrentes d’accès aux droits pour les enfants les plus vulnérables, enfants handicapés, pauvres et/ou étrangers (…) Des inégalités territoriales (…) en particulier pour des questions de protection de l’enfance et d’accès aux soins ou à l’éducation ».

Objectifs du projet

Il s’agit de contribuer à l’amélioration de la santé des mineurs :

  • en répondant mieux à la demande de soins et d’accès aux soins des enfants en situation de précarité
  • en renforçant l’accès aux droits sociaux des enfants et leur prise en charge par les institutions de droit commun
  • en agissant en vue de la suppression de toute discrimination dans l’accès aux soins des mineurs en situation de précarité

Le programme qui sera mené avec le soutien de la Fondation Sanofi Espoir comporte 5 axes complémentaires :

  • Centre pédiatrique de Mayotte
  • Favoriser l’accès aux soins des mineurs par une offre gratuite de soins généralisés de proximité, ou orientant vers le droit commun. Consultation au sein du centre, mais aussi décentralisées sur différents sites afin de rencontrer les personnes les plus marginalisées.

  • Parrainage des enfants hospitalisés (France métropolitaine, la Réunion, Guyane)
  • Interventions auprès d’enfants gravement malades isolés. Les parents ne pouvant être présent auprès de leurs enfants, des parrains/marraines bénévoles offrent une présence régulière permettant un soutien affectif personnalisé, indispensable dans le processus de lutte contre la maladie.

  • Bidonvilles Seine-Saint-Denis et Val d’Oise
  • Consultations de médecine générale, de pédiatrie, sages-femmes, et séances de médiation socio-sanitaire au sein de bidonvilles. Accompagnement de personnes vers les structures de droit commun. L’accent est en particulier mis sur le défaut de vaccination des enfants, et leurs conditions sanitaires.

  • Migrants littoral
  • Intervention entre Dunkerque et Calais : consultations mobiles sur les camps, prise en charge sociale, orientation vers droit commun. Ouverture d’un centre d’accueil de jour et d’une structure d’accueil pour les femmes, ainsi que le développement d’outils de prise en charge d’urgence (clinique, produits de première nécessité…)

  • Mineurs Isolés Etrangers
  • Devant la défaillance de la prise en charge des mineurs isolés étrangers, ce programme vise à améliorer leur prise en charge médicosociale : ouverture de consultations socio-médicales et de santé mentale dédiées aux MIE au sein du CASO de Paris.