Lutte contre les maladies transmissibles et négligées

Création et renforcement de capacités pour la lutte contre l'ulcère de Buruli par la formation, la sensibilisation et la recherche

J’aimerais dire à tous ceux qui ont les mêmes symptômes, de se rendre le plus vite possible à l’hôpital, afin d’éviter les incapacités.

Thérèse, soignée pour l’ulcère de Buruli à l’hôpital d’Akonolinga

C’est une maladie comme les autres, qui est guérissable. Qui se traite, et qui guérit ! Et plus vite elle est prise en charge, mieux on guérit, et sans séquelles.

Dr Noumen Djeunga, médecin-chef de l’hôpital de Bankim

Extraits du film « Feu de Nuit : l’ulcère de Buruli, entre sciences et croyances », réalisé par Joseph Fumtim, coproduit par l’IRD, le Centre Pasteur du Cameroun et Ministère français des affaires étrangères.

Localisation du projet Cameroun, Districts d’Ayos et Akonolinga (Centre), de Bankim (Adamaoua) et de Mbongue (Sud-Ouest)
Nom de l’association www.pasteur.fr
Institut Pasteur
  www.pasteur.fr
Partenaires du projet
(financier et opérationnel)
  • Centre Pasteur du Cameroun
  • Réseau International des Instituts Pasteur
  • Groupe d’Etude des Interactions Hôtes-Pathogènes, CHU Angers
  • Programme National de Lutte contre l’ulcère de Buruli, Ministère de la Santé Publique du Cameroun

Description du programme

Ce projet vise à améliorer la prévention, le dépistage, et le diagnostic de l’ulcère de Buruli au Cameroun et dans les pays avoisinants.

Ce projet s’appuie sur :

  • Des actions de formation des personnels de laboratoire et des agents de santé communautaire :
    • a) au niveau régional, par la formation des personnels des laboratoires de référence des pays endémiques d’Afrique à la confirmation microbiologique du diagnostic.
    • b) au niveau national, par la formation des personnels de santé au diagnostic clinique et aux techniques de prélèvements d’échantillons biologiques en vue d’une confirmation microbiologique.
  • Des actions de sensibilisation des populations des zones endémiques :
    • a) Sensibilisation aux facteurs de risque d’infection par M. ulcerans, la mycobactérie responsable de l’ulcère de Buruli, et sur les moyens de prévention identifiés au cours des enquêtes épidémiologiques (port de vêtements longs lors des activités champêtres, nettoyage au savon des plaies et utilisation de moustiquaires).
    • b) Sensibilisation à l’identification des lésions évocatrices d’ulcère de Buruli, afin d’amener les individus à consulter rapidement en cas de lésion suspecte.
  • Des travaux de recherche appliquée sur l’existence d’une transmission domestique de M. ulcerans et notamment l’évaluation de la pertinence de la moustiquaire comme moyen de protection.