Lutter contre la mortalité maternelle et néonatale

Renforcer les compétences des Sages-femmes en Algérie

L’objectif est de construire, en concertation et avant la naissance, une prise en charge optimale pour la mère et l’enfant

Dr Paul Bénos, gynécologue-obstétricien, intervenant et président de Santé Sud

Localisation du projet Algérie : Wilaya d’Alger
Nom de l’association www.santesud.org
Santé Sud
  www.santesud.org
Partenaires du projet
(financier et opérationnel)
  • Ministère de la Santé algérien
  • Fédération Algérienne des Personnes Handicapée (FAPH)
  • Le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Benni Messous à Alger
  • Le CHU de Kouba, à Alger
  • La Clinique Durando, rattachée au CHU de Bab El Oued, à Alger
  • L’Etablissement Hospitalier Universitaire (EHU) d’Oran
  • Fondation Sanofi Espoir

Description du programme

Ces 7 dernières années, Santé Sud et la Fédération Algérienne des Personnes Handicapées ont développé, avec le soutien de la Fondation Sanofi Espoir, un programme de formation / sensibilisation des professionnels de la périnatalité de différents sites hospitaliers des régions d’Alger et de Blida. L’objectif visait une gestion pluridisciplinaire des grossesses et des accouchements, afin de mieux prendre en charge les grossesses à risques, les accouchements présentant des complications et les nouveaux nés porteurs de pathologies invalidantes.

Plus de 900 professionnels (sages-femmes, puéricultrices, gynécologues / obstétriciens, spécialistes en néonatalogie, pédiatres, psychologues) ont bénéficié de ces enseignements et de nouvelles pratiques d’interdisciplinarité dans la périnatalité se sont peu à peu développées dans les services bénéficiaires.

Bien que des progrès notables aient été enregistrés ces dix dernières années en Algérie, la problématique de la santé de la mère et de l’enfant en périnatalité continue d’être préoccupante. Le pays compte 946.000 grossesses par an et près de 600 femmes meurent chaque année au moment de l’accouchement. En 2014, on enregistrait une mortalité maternelle de 60,3 pour 100.000 naissances vivantes (Plan National de réduction accélérée de la mortalité maternelle 2015 - 2019, Ministère de la Santé). La diminution lente de cette incidence sur les dix dernières années fait que l’Algérie n’atteindra pas en 2015 l’objectif qu’elle s’était fixée, dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement, de 50 décès pour 100.000 naissances vivantes. La mortalité néonatale est de 12 pour 1.000 naissances vivantes (UNICEF 2014) et représente 60% des décès des enfants de moins de 5 ans. Plus de 11.000 enfants décèdent avant leur 1er mois de naissance.

Le présent projet vise à pérenniser et institutionnaliser ces acquis en renforçant, en premier lieu, l’enseignement de cette interdisciplinarité dans la formation initiale et continue des sages-femmes, acteurs clés de la périnatalité et du passage de l’accouchement physiologique : sa gestion dont elles ont l’entière responsabilité mérite d’être optimisée et le recours au spécialiste pour les grossesses à risque ou compliquées doit être discuté et décidé dans la multidisciplinarité. Le projet vise également à institutionnaliser, dans les services de maternité et de néonatalogie, cette interdisciplinarité par le biais de projets d’établissement et de services de qualité.

Objectif et résumé du projet

Le projet a pour objectif général de contribuer, en Algérie, à la réduction des taux de mortalité maternelle et néonatale.

Son objectif spécifique est le renforcement des capacités et de l’interdisciplinarité des acteurs de la périnatalité, des sages-femmes en particulier, pour une meilleure prise en charge des grossesses et des accouchements à risques.

Au total, sur les 3 années du projet se seront 94.500 enfants qui devraient bénéficier d’une meilleure prise en charge des grossesses, des accouchements et d’une prise en charge spécialisées dès leur naissance pour ceux d’entre eux porteurs de pathologies invalidantes.

A la fin du projet :

  • Les taux de mortalité maternelle et néonatale auront diminué sur les 4 sites ciblés par le projet.
  • 100% des patientes bénéficieront d’un dépistage des risques obstétricaux
  • 80% des patientes bénéficieront de la consultation du 4ème mois
  • Les violences au sein des services maternité auront diminué
  • 280 sages-femmes et puéricultrices auront été formées.
  • A la fin du projet75 %, des personnels formés auront intégré de nouvelles pratiques.
  • A la fin du projet, les 4 sites ciblés disposeront d’un projet de service (PS) qu’ils seront en mesure de mettre en œuvre.